Skip to content

Posts from the ‘U EVENTS & ENTERTAINMENT’ Category

13
Jan

Burning Man

Looking back at Embrace-XL

Le Festival du Burning Man c’est 70000 personnes regroupées sur un immense lac asséché, transformé pendant une semaine en ville éphémère où l’art et la musique sont rois, l’argent proscrit et où « le bizarre»  ne veut plus rien dire.

Et sinon concrètement ça se passe comment ?

Pour pouvoir goûter au vent de liberté qui souffle à la fin du mois d’août su Black Rock City, au nord de Reno, votre esprit aventureux ne suffira pas. Un peu d’organisation, de patience et d’argent sont nécessaire aussi… pour acheter, dès le mois de janvier, votre ticket d’entrée (380$), prendre votre billet d’avion, louer  un camping car (camper sous la tente c’est possible mais plutôt courageux) ; il faut aussi acheter un vélo pou parcourir l’immensité du site, enfin, ramener toute sa nourriture et son eau pour survivre une semaine au milieu de nulle part.

Mais pourquoi tant d’efforts à faire ? Parce que le Burning Man ce n’est pas juste un festival où l’on paie et profite, c’est une expérience participative qui se mérite, un état d’esprit, une philosophie.

burning-man

La vie et les activités durant le festival sont d’ailleurs structurées en 10 principes…à découvrir ici : http://bit.ly/1suSWg4

 

6
Nov

U Magazine: Prisoners

« I’ve rarely seen such a terrifying movie, as well as Psycho and Seven. Prisoners is as strong as them. One of the scariest movies of all time.” This kind of statement excites all the senses especially when the tweet is signed by William Friedkin, the father of The Exorcist. The return of the great visceral thriller orchestrated by a Quebecker with Wolverine as a headlining performer. An occasion to study this surprising association with impressions of the two protagonist keys.

PrisonersThe masterly success of Prisoners – Mr Friedkin was actually quite right – is surprising as the project looked like others which have failed in the past. The story of a young foreign director revealed to the world through a strong work – Incendies (Fire) and his nomination for Oscar of best foreign film – who will fly too close to the sun facing his Hollywood dream. A too often known equation but which Prisoners does not match at all. In an almost jovial way, Denis Villeneuve admits: « I ​​never thought that one day I will make a film in the USA. Shooting a movie over there was above all fantasy. This gave me opportunity to meet some artists I would never had the chance to meet in shooting in Montreal. I was ready to play the game for once.

I needed to realize on site if all the horror stories I heard about Hollywood, were true. I was afraid to do it but on the other hand I thought it was good to get out of my comfort zone. I really wanted to put myself in danger.I went there to have the opportunity to learn with masters and at worst I would have gone home but in discovering another way of work. « 

The author – revealed in Cannes in 1998 in the section Un certain regard with Un 32 août sur terre – had always signed his movies’ scripts. To only see him behind the camera for Prisoners could let us think he was trying a new experience and leave behind his copyright ambitions. However, Denis Villeneuve contradicts himself: “I draw your attention on the fact that I choose to meet people from a production company that had the reputation for taking care of their filmmakers. 

Hugh-Jackman-PrisonersIndeed, they kept their promises. They protected my identity and never tried to control me. I always wrote my movies in Quebec because I have never met any scriptwriters able to write something that pleases to me. We often criticize Americans and their movies, but their scripts are honestly very good. I have read many scenarios but this is the scenario of Prisoners which really interested me the most. The story made myself feel anxious and scared. I loved it but I left it on a side thinking I could never do it. 10 months later, I still thought about it and I called my agent to find out where was the project. The producers wanted to meet me. I thought that I wanted to live at least once the experience to face to 12 executives. At such meetings, there are so many people in front of you that you’re obliged to make with your head a sign to see them all.

I really wanted to see if it was as I thought. Et surprisingly, they have all wanted to work with me even if I put my limits straight away: “You want to make the movie I want to make. You came to pick me up because you liked “Incendies”. If you want to go this way, I’ll be happy to do it. However if you’re looking for someone to be at your disposal, forget me, there are more than 3000 people in Los Angeles that could do it and they would do it better than me. I have been very strict regarding the direction I wanted to take. They promised and they actually hold their engagement.

imagesWe must say that to convince, Denis Villeneuve had an ally in the person of Hugh Jackman. The Australian actor, recently nominated for an Oscar for best actor for Les Misérables, greatly appreciates the Quebec director: « The only thing I saw from Denis Villeneuve, was Incendies. When I heard that the producers of Prisoners wanted to hire him, I went to the meeting, but I already knew that I was going to say yes to the movie. I did not tell him at first, but his presence convinced me to be part of the adventure. This was one of the best decisions of my life. My instinct did not deceive me. Denis was exactly the filmmaker we needed. He had this ability to mix drama and thriller. And that’s why the film is such a success. The story is exciting; it makes you ask questions during but also after while maintaining a real tension and suspense around the investigation. The combination is very exciting. « 

By choosing to involve on this time trial of a father ready for anything to make speaking the person suspected of having kidnapped his daughter, Hugh Jackman shows another facet of his acting talents. A situation that the actor claims vigorously: « I ​​am constantly trying to interpret different characters from each other. I know how much I’m famous because of Wolverine. Besides, I’m still so amazed to have had this role. It was a great bonus for my career and I loved playing him. But I need and want to go in other directions also. The character I play in Prisoners satisfies this need. I liked the deeply human side of Keller. Personally, I am a moderated person. In all situations. When I go out drinking glasses, I just take a few. While Keller is a former alcoholic, he is very religious; he is a survivor with an extreme behavior. He has so many demons and fears buried deep inside him. To see him trying to control them as much as possible is something really heartbreaking and it was a real challenge to personify his character. « 

prisoners_jackmanDifficult then not to ask the actor if he had thought about the way he would have act instead of his character: « Most of the film was too brutal and too hard emotionally for me to identify myself. I had to do some research and meet real families who have experienced these tragedies, and that was more than enough for me. For torture’s scenes, it was actually very hard. I imagined doing this to someone. Even though my character has legitimate doubts about the person he is torturing. He is convinced that the young man knows something. So in the end, I understood how Keller felt. I personally doubt if I would go so far but I’m sure my wife would do (smile). « 

A joke which reminds us that we are in presence of an extreme work in the Hollywood context. If Prisoners has the dramatic resources of a thriller with a lot specificities of the field (the famous mystery about the identity of the culprit that Villeneuve keeps almost till the end), it is way more complex than a simple movie of revenge. It concerns painful questions about American society while extending the dark questions of the filmmaker on the human soul. A kind of UFO in Los Angeles whose success at the U.S. box office greatly pleased its lead actor: « Prisoners plays with classic archetypes of the hero. It goes further and pushes the boundaries of the genre. I am glad that people go to see and even more than the studios realize that it is possible to go further and push the audience to think a little more. » This is maybe a new era that now begin thanks to a curious Quebecker’s curiosity, who may have given a way to another burst of intelligent and memorable thrillers.

Laurent Pécha

To hear the interview in HD, click here

6
Nov

U Magazine : Prisoners

« J’ai rarement vu un film aussi terrifiant, au même titre que Psychose et Seven. Prisoners est aussi fort que ça. Un des films les plus effrayants de tous les temps. » Le genre d’affirmation qui excite d’autant plus les sens que le tweet est signé par William Friedkin, le papa de L’Exorciste. Le retour du grand thriller viscéral orchestré par un québécois avec en tête d’affiche l’interprète de Wolverine. L’occasion de disséquer cette surprenante association avec les propos des principaux intéressés.

PrisonersLa réussite magistrale de Prisoners – le père William a effectivement bien raison – a de quoi surprendre tant le projet ressemblait a priori à tant d’autres qui ont échoué par le passé. L’histoire du jeune réalisateur étranger révélé au monde par le truchement d’une œuvre forte – Incendies et sa nomination à l’Oscar du meilleur film étranger – et qui va se brûler les ailes face à son rêve hollywoodien. Une équation trop souvent connue mais à laquelle l’expérience Prisoners ne correspond pas du tout. D’un ton presque jovial, Denis Villeneuve avoue ainsi : « Je n’ai jamais pensé un jour que j’irai tourner un film aux USA. Tourner là-bas, c’est avant tout du pur fantasme. Cela me donnait accès à des artistes que je n’aurai jamais pu avoir en tournant à Montréal. J’étais donc prêt à jouer le jeu une fois.

J’avais envie d’aller me rendre compte sur place si toutes les histoires d’horreur que j’avais entendues sur Hollywood, étaient vraies. J’avais peur de le faire mais d’un autre côté je trouvais cela sain de sortir de ma zone de confort. Il y avait le désir de me mettre en situation de danger.

J’allais là-bas pour avoir l’opportunité d’apprendre avec des maîtres et au pire je serai rentré chez moi en ayant découvert une autre façon de travailler. »

L’auteur, révélé à Cannes en 1998 dans la section Un certain regard avec Un 32 août sur terre, avait jusqu’ici toujours signé le scénario de ses films. Le voir créditer seulement à la mise en scène de Prisoners, pouvait laisser à penser qu’il avait donc simplement tenté la carte de l’expérience nouvelle en laissant de côté ses velléités d’auteur. Ce que l’intéressé vient vite contredire : « Attention, je ne suis pas arrivé n’importe où. J’avais choisi de rencontrer des gens d’une maison de production qui avait la réputation de prendre soin de leurs cinéastes.

Hugh-Jackman-Prisoners

Effectivement, ils ont tenu leurs promesses. Ils ont protégé mon identité, ils n’ont pas essayé de me contrôler. J’ai toujours écrit mes films au Québec parce que je n’ai tout simplement jamais rencontré de scénaristes susceptibles d’écrire quelque chose qui me parle vraiment. On a beau critiqué les américains et leurs films mais si il y a bien un truc qu’ils savent faire, c’est au niveau de l’écriture. J’ai lu de nombreux scénarios mais c’est celui de Prisoners qui m’a vraiment interpellé. Il m’a angoissé et fait peur. Je l’ai adoré mais je l’ai mis de côté en me disant que jamais je pourrai le faire. 10 mois plus tard, j’y pensais pourtant encore et j’ai rappelé mes agents pour savoir où en était le projet. Les producteurs voulaient me rencontrer. Je me suis dit que je voulais au moins vivre une fois l’expérience de me retrouver face à 12 exécutifs. A ce genre de réunion, il y a tellement de gens devant toi que tu es obligé de faire un panneau avec ta tête pour tous les voir. J’étais vraiment curieux de savoir si c’était comme on me l’avait tant raconté. Et à ma grande surprise, ils ont vraiment eu envie de travailler avec moi. J’ai mis une limite tout de suite : « vous voulez faire le film que je veux faire. Vous êtes venus me chercher parce que vous aimez Incendies. Si vous voulez aller dans cette direction là, je le fais avec joie. Mais si vous cherchez quelqu’un qui soit à votre service, il y a 3000 personnes à Los Angeles qui peuvent le faire et qui en plus le feront VRAIMENT mieux que moi. J’ai donc été très ferme sur la direction dans laquelle je voulais aller. Ils ont promis et en plus ils ont tenu leur promesse. »

imagesIl faut dire que pour faire passer la pilule, Denis Villeneuve avait un allié de poids en la personne de Hugh Jackman. L’acteur australien, récemment nominé à l’Oscar du meilleur acteur pour Les Misérables, apprécie énormément le réalisateur québécois : « La seule chose que j’avais vu de Denis Villeneuve, c’est Incendies. Quand j’ai entendu que les producteurs de Prisoners voulaient l’engager, je suis allé à la réunion mais je savais déjà que j’allais dire oui au film. Je ne lui avais pas dit à l’époque, mais sa présence m’avait convaincu de faire partie de l’aventure. Cela a été une des meilleures décisions de ma vie. Mon instinct ne m’a pas trompé. Denis était exactement le cinéaste qu’il nous fallait, il avait cette capacité à mixer le drame et le thriller. C’est pour ça que le film est si réussi. Le récit est stimulant, il vous fait vous poser des questions pendant mais aussi après la projection tout en gardant une vraie tension et suspense autour de l’enquête. La combinaison est très excitante.  »

En choisissant de s’embarquer dans cette course contre la montre d’un père prêt à tout pour faire parler la personne qu’il soupçonne d’avoir enlevé sa fille, Hugh Jackman montre une autre facette de ses talents d’acteur. Une situation que le comédien revendique vigoureusement : « Je cherche constamment à interpréter des personnages différents les uns des autres. Je sais à quel point je suis connu grâce à Wolverine et d’ailleurs je suis toujours autant stupéfait d’avoir eu le rôle. Ce fut un sacré bonus pour ma carrière et j’adore le jouer à l’écran. Mais j’ai besoin et l’envie d’aller aussi dans d’autres directions. Le personnage que j’interprète dans Prisoners répond tout à fait à cela. J’ai aimé le côté profondément humain de Keller. Personnellement, je suis quelqu’un de modéré. Dans toutes les situations. Quand je sors boire des verres, je n’en prends que quelques uns. Alors que Keller est un ancien alcoolique, il est très religieux, c’est un survivant au comportement extrême. Il a tellement de démons et de peurs enfouies au fond de lui. Le voir essayer de les contrôler le mieux possible est quelque chose de vraiment déchirant et ce fut un vrai challenge pour le personnifier. »

prisoners_jackmanDifficile alors de ne pas demander au comédien de savoir s’il avait réfléchi à ce qu’il aurait fait à la place de son personnage : « La plupart du film était trop brutal et trop fort émotionnellement pour que je puisse m’y identifier. Faire des recherches et aller à la rencontre des vraies familles ayant vécu ces drames, cela m’a amplement suffi. Pour les scènes de torture, cela fut effectivement très dur. Je me suis imaginé faire ça à quelqu’un. Mais mon personnage a quand même des doutes légitimes envers la personne qu’il torture. Il est persuadé que le jeune homme sait quelque chose. Donc, au final, je comprenais ce que ressentait Keller. Je ne sais pas si personnellement je pourrai aller aussi loin mais je suis sûr que ma femme le ferait (sourire). »

Une boutade qui ne doit pas faire oublier que l’on est bien en présence d’une œuvre extrême dans le contexte hollywoodien. Si Prisoners a les ressorts dramatiques d’un thriller avec un cahier des charges bien rempli dans le domaine (le fameux mystère sur l’identité du coupable que Villeneuve entretient presque jusqu’au bout), il est bien plus complexe qu’un simple film de vengeance. Il pose des questions douloureuses sur la société américaine tout en prolongeant les interrogations sombres du cinéaste sur l’âme humaine. Une sorte d’OVNI à Los Angeles dont le succès au box-office US réjouit considérablement son interprète principal : « Prisoners joue avec les archétypes classiques du héros. Il va plus loin et repousse les limites du genre. Je suis ravi que les gens aillent le voir et encore plus que les studios se rendent compte qu’il est possible d’aller plus loin et de pousser les spectateurs à réfléchir un peu plus. » Comme quoi, en allant tenter sa chance presque par curiosité, un québécois a peut-être ouvert la boîte de pandore pour une nouvelle salve de thrillers intelligents et mémorables.

Laurent Pécha 

Cliquez ici pour voir l’interview en HD